Écrivaine conseillère

La dir litt veut savoir *1

J’ai pris l’habitude de noter certains détails, tics ou façons de faire qui reviennent dans plusieurs manuscrits, peu importe l’auteur(e). Chaque fois, je me dis qu’il faudrait bien que je leur demande un jour, à ces auteur(e)s, pourquoi il en est ainsi. Alors c’est ce matin que je commence, en espérant avoir des réponses…

Première interrogation : soudain/soudainement

Je l’avoue, j’ai ben de la misère avec le second, qui me hérisse chaque fois que le croise pendant ma lecture. Pourquoi utiliser la version longue d’un adverbe, surtout un adverbe en « ment », quand il y a une version courte tout aussi efficace? J’ai bien eu une réponse de la part d’une auteure avec qui j’en ai discuté dernièrement, une réponse qui m’a réjouie, mais je préfère ne pas vous la donner toute de suite, histoire de n’influencer personne dans sa réflexion.

Alors, quelqu’un peut m’expliquer ? Ou si vous ignorez vous-mêmes pourquoi vous utilisez l’un plutôt que l’autre ?

2 commentaires

  1. Pierre

    D’abord , «soudain» pris comme adjectif, ne porte aucune confusion, même que je le trouve très solide et d’une belle sonorité.

    Pour ce qui est des deux adverbes, je leur trouve un sens différent.
    « soudain » signifie plus comme « d’un coup sec » ou bien « sans crier gare». Un geste , un état qui survient en 1 seconde. Presque comme l’effet d’une interjection. Souvent utilisé en début de phrase.

    Quant à « soudainement » . On l’emploie plus après le verbe. Il le modifie. Il sert à expliquer l’effet qui est en train de se produire qui n’était pas ce que l’on entendait d’emblée. Et cela même si le geste ou le fait n’est pas brusque ou immédiat avec éclat.

    « la marcheuse a ralenti soudainement sa cadence de marche juste avant d’atteindre la ligne d’arrivée. »

    Pour ma part, je crois qu’il est préférable d’essayer de ne jamais employer ni l’un ni l’autre. Ou par parcimonie.
    D’abord, j’ai une aversion pour tous les adverbes en « ment » de 3 syllabes et plus. Ils sont tous quasiment (ooopss! presque ) remplaçables sans trop chercher longtemps.

    Et pour « soudain » en début de phrase, il est souvent là comme une béquille. Comme insérer de force. Il jure souvent.

    En fait , je le trouve approprié, si le texte est écrit pour un conteur qui le lira à haute voix ou dans un livre destiné aux enfants qui sera lu par un adolescent/adulte. à l’intention d’un enfant

    Là , avec l’intonation qu’on lui donnera, cet adverbe devient vraiment une arme efficace et donne un sens fort dans la phrase où il est utilisé.

    Par contre, dans les albums pour enfants, je pense qu’il a aussi son bon effet à la lecture, pas juste à la lecture à voix haute.

    Voilà, pour mon opinion sur ce sujet. Elle vaut ce qu’elle vaut…. avant que je puisse peut-être changer « soudainement » de version

    • Elisabeth

      Merci pour ces nuances que tu soulignes et qui m’échappent, j’avoue. Peut-être parce que mon cerveau nie tout simplement l’existence de « soudainement »…

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2022 Elisabeth Tremblay

Thème par Anders NorenHaut ↑